Les stages de chant

 

Les stages de chant organisés en 2016

par le Centre d'Études Grégoriennes de Metz

au Conservatoire Gabriel Pierné de Metz Métropole 

 

  1, 2 et 3 juillet 2016

 

Chant grégorien

 

avec Marie-Reine Demollière, directrice de la Scola Metensis

 professeur de chant grégorien et chant médiéval

au Conservatoire de Metz Métropole

 

 

Ce stage sera centré sur la pratique du chant grégorien, né à Metz au milieu du VIIIe siècle :

-  apprentissage de bouche à oreille

-  immersion dans les modes anciens

- présentation et lecture des sources manuscrites avec un focus particulier sur le riche corpus des manuscrits lorrains récemment numérisé.

 

Le répertoire grégorien offre une grande palette de styles : syllabique, semi-orné, vocalisé, s’adressant au chœur de l’assemblée, aux chœurs alternés, aux chantres de la schola ou au chantre soliste.

 

 

 

5, 6 et 7 mai 2016

 

Organum improvisé

 

avec Jacques Meegens, professeur au Centre d’Études Supérieures

de Musique et de Danse de Poitou-Charentes,

musicologue, organiste et critique musical

 

 

Ce stage a pour but d’initier des musiciens amateurs et professionnels à la pratique de l’organum improvisé des XIIIe et XIIIe siècles.

 

Au tournant du XIIIe siècle, de florissantes polyphonies font leur apparition dans le milieu des chantres parisiens. L’actuelle Île de la Cité, voisine de l’université de Paris, voit affluer savants et étudiants de toute l’Europe. La grande effervescence culturelle de ces lieux, encore renforcée par le chantier de la cathédrale, constitue le cadre dans lequel diverses pratiques musicales ont vu le jour ou se sont développées, dans un style aujourd’hui désigné sous le nom d’« École de Notre-Dame ».

 

L’organum, l’un des plus forts emblèmes de cette esthétique, documenté tant par les sources théoriques que par les sources musicales, se situe à la limite de l’oralité et de l’écrit. L’analyse d’un corpus de traités et d’œuvres composées permet de proposer une reconstitution plausible de cette pratique vivante d’improvisation polyphonique, afin d’approfondir la connaissance stylistique des répertoires écrits et de permettre la recréation de répertoires dont la transmission, jadis orale, n’est pas parvenue jusqu’à nous.